Les villas disparues de Billancourt

Elles sont tombées dans l’oubli. Le Village de Billancourt va les en faire sortir.

Nous avions déjà commencé avec la maison Bican, la villa Rozier, la villa Flora, la villa Mauresque, souvenez-vous. Mais bien d’autre propriétés, plus belles encore, existaient dans le village de Billancourt, à la fin du XIXème siècle.

Nous sommes partis à leur recherche depuis plusieurs mois déjà. Il faut les localiser, trouver des photographies correctes, raconter l’histoire de leurs propriétaires. Il faut effectuer des recherches aux archives nationales et municipales, chez Renault Histoire, sur les sites de photos ou cartes postales anciennes, contacter les descendants. Et, avec un peu de chance, parfois beaucoup, la patience paye.

Les historiens Penel-Beaufin et Couratier en avaient déjà mentionné certaines en 1905 et 1960  sous le nom de « Villa Bottin », « Villa de la Feuillée », « Villa Caprice », « Maison du Prince Polonais » ou « Villa Casteja », avec pour toute information une adresse parfois vague. Pour d’autres, nous les avons baptisées nous-mêmes, du nom de leur propriétaire, faute de mieux: « villa Fountaine », « Villa Aussilous », « Maison de Tavernier », « Villa Nousillet-Clinch ». Certaines sont l’œuvre d’architectes de renom comme Hector Guimard, le célèbre dessinateur des entrées du métro parisien, qui a signé la « Villa Toucy ».

Nous les avons toutes localisées, une par une, et nous avons trouvé des photographies pour presque toutes, certaines meilleures que d’autres. Pour les autres, disparues trop tôt, nous n’avons rien, comme la propriété de lady Hunloke, celle du préfet Boitelle ou l’ancienne ferme de Billancourt.

La plupart sont blotties au milieu d’un parc. Les plus grandes propriétés s’étendent jusqu’à trois hectares. On y recherche le calme et le repos. Billancourt compte à peine 1500 habitants en 1860 et est protégé par des clauses interdisant l’installation d’industries « malpropres, bruyantes ou insalubres ». Elles ont des dépendances : orangerie, écurie, serres, potager ou pavillon de gardien et du personnel qu’on loge parfois dans ces dépendances. 

Le cadastre et les actes d’acquisition de Renault nous donnent le nom de leurs propriétaires. On y trouve un prince, un marquis, un comte et de riches bourgeois. Ils sont maires, hommes politiques ou préfets de police. On trouve aussi des avocats, joailliers, architectes, banquiers, grands commerçants ou capitaines d’industrie. Certains résident à Billancourt à l’année et sont conseillers municipaux ou paroissiaux ou présidents d’associations de bienfaisance, comme les Tavernier.  Les autres n’y résident qu’aux beaux jours en famille pour fuir le vacarme parisien, comme Alfred Renault, père de Louis. Certains sont issus de l’aristocratie anglaise ou polonaise. Se fréquentent-ils ? oui pour certains.

La plupart des villas ont été rachetées au début du XXème siècle par Renault et rapidement rasées. D’autres, utilisées pour abriter le cercle des agents de maîtrise de la société Renault, ont eu un sursis. Les bombardements alliés ont achevé les survivantes.  Il ne reste rien des bâtiments* mais, en nous rendant sur place, nous avons eu la surprise de trouver des vestiges inattendus, on vous racontera.

Notre travail ne fait que commencer. Dans les mois qui vont suivre, nous aurons le plaisir de vous présenter le fruit de nos trouvailles. Nous vous raconterons, l’une après l’autre, l’histoire des villas disparues du village de Billancourt et de ceux qui y ont vécu.

Photo d’en-tête : en haut, de gauche à droite : Maison du prince polonais Sapieha, villa de l’entrepreneur Claude Rozier et villa de l’architecte Eugène Nouzillet-Clinch. Au centre : maison de l’industriel Edouard de Tavernier. En bas, de gauche à droite: villa du joailler Thomas Taylor Fountaine, villa de l’avocat Bruno Aussillous et maison de l’industriel Jules Bican.


* Il reste un seul témoin de cette époque aujourd’hui, la villa de la rue de Solférino, à laquelle nous avions consacré un article en octobre dernier.

One Reply to “Les villas disparues de Billancourt”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :