La belle grande maison bourgeoise de la Place Nationale

Lorsque j’ai vu cette photographie pour la première fois, j’ai cru à une erreur. Cet hôtel particulier ne pouvait pas être situé place Nationale (Jules Guesde). Avec son élégant pinacle, il est trop beau pour avoir disparu, il devait sûrement se cacher ailleurs dans Billancourt. Les erreurs n’étaient pas rares sur les cartes postales.

Puis je suis tombé sur la deuxième photographie, ci-dessous, portant la date 1904. Donc OK pour la place Nationale et OK, il a disparu.

Place Nationale Maisons Bican et Geiger 1904
Place Nationale Maison Bican et café-restaurant Geiger vers 1904

C’était l’élégante du quartier, la belle dame de la place. Elles n’étaient pas rares, ces belles demeures à Billancourt, avant « vous-savez-qui ». J’ai évoqué la Villa Flora, j’en montrerai d’autres.

Qui sont ces personnes qui posent devant ? On sait que les photographes provoquaient à l’époque des attroupements, faisant sortir les gens de leur maison.

J’ai trouvé des informations. Cette belle maison bourgeoise appartenait à Ernestine Alexandrine Bican, née Grivet, veuve d’un fondeur de cuivre et rentière. Elle est décédée en 1909 à l’âge de 62 ans. Elle employait Louis Armand comme concierge et Alphonse Germond comme jardinier. C’est à peu près tout ce qu’on sait d’elle. Restait à savoir où se situait cette maison exactement ? Pourquoi elle a été détruite ? Et qu’y trouve-t-on à la place.

Comme beaucoup d’autres, elle a été broyée par le rouleau compresseur Renault. Entre 1900 et 1930, parcelle après parcelle, l’usine Renault gagne du terrain en direction de la place Nationale (Jules Guesde). Elle s’étend sur sa droite, rue du Point-du-Jour où elle absorbe l’ancienne ferme de Billancourt et l’immeuble de la maison Geiger-Dognin :

Jules Guesde Maison Bican vers 1931
Place Jules Guesde et Maison Bican vers 1931

A sa gauche, rue de Meudon, Renault crée un immense bâtiment surmonté d’un château d’eau, finissant ainsi de la prendre en tenaille. Sur ces images du début des années 30, on la voit encore, noircie, salie et misérable.

Place Jules Guesde et maison Bican 1931
Place Jules Guesde et maison Bican 1931

Les vues aériennes sont désolantes, la maison Bican y apparaît minuscule au milieu des ateliers, comme une anomalie en sursis.
Au début des années 30, Louis Renault acquiert l’édifice et le démolit. Il achète aussi à la municipalité, complaisante, la rue Gustave Sandoz qui la longe, puis il ferme la rue à jamais. Il bâtit à sa place la célèbre entrée monumentale qu’on peut voir aujourd’hui.

Place Nationale portail des usines Renault
Place Nationale et portail des usines Renault

Les deux photos aériennes ci-dessous, de 1925 et 1934, montrent la place Jules Guesde et la maison Bican (au bas de la photo) avant et après sa destruction.

Autres vues des dernières années de la Maison Bican :

Ces images sont peut-êtres celles qui illustrent le mieux ce bouleversement de l’histoire de Billancourt. Et que dire de cette dernière vue, prise depuis l’usine, vers 1923 ?

Usine Renault vue sur la maison Bican vers 1923
Usine Renault vue sur la maison Bican vers 1923

Fin de l’ancien monde. Billancourt a changé d’ère.

2 Replies to “La belle grande maison bourgeoise de la Place Nationale”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s