La Villa Flora du fleuriste Pierre Orève

L’élégante Villa Flora est l’une de premières villas disparues de Billancourt clairement identifiées. Nous l’avions brièvement présentée en 2020 mais nous n’avions à l’époque rien à raconter à son sujet et nous n’étions même pas sûrs de sa localisation.

L’historien Penel Beaufin en parle  en 1905. Il la situait entre la place Jules Guesde et le pont de Billancourt, précisément au 16 de la rue de Saint Cloud (Yves Kermen). La consultation du cadastre et les photos aériennes nous ont permis de la retrouver. Les recensements, les archives généalogiques et la presse de l’époque nous ont permis de compléter le tableau.

La villa

Haute de quatre étages, le grande villa de meulière se fait remarquer au premier regard par ce toit pointu surmonté d’un élégant épi de faîtage qui brise l’aspect monolithique du reste du bâtiment. les chaines d’angle et les encadrements de fenêtre bicolores en pierre de taille et brique structurent l’ensemble. La toiture d’ardoise s’ouvre sur de larges lucarnes de tous côtés. L’accès au jardin s’effectue par un grand escalier couvert.

Le terrain de 4 000 mètres carrés, tout en longueur, va de la rue de Saint-Cloud (Yves Kermen) au passage Deschandeliers (aujourd’hui amputé de la majeure partie de sa longueur).

Ce n’est pas un jardin d’agrément, mais un terrain dédié à la production de fleurs. On distingue des alignements de plantes en pots et des couvertures roulées sur leurs supports.

Pierre Orève, horticulteur

Mais qui exploite ces cultures ? Pierre Orève, nait près de Nantes en 1857 de Joseph et Jeanne Orève, laboureurs. Il épouse à Paris Marie Félicie Couëtte en 1884.

A quelle date sont-ils arrivés à Billancourt ? Nos recherches n’ont rien donné. A-t-il fait construire la maison ? On peut le penser car le nom de la villa est clairement en rapport avec son métier d’horticulteur. La carte-photo en tête d’article, oblitérée en 1906, montre une maison probablement récente.

Les Orève ont cinq enfants nés entre 1885 et 1897. Ce sont sans doute eux représentés sur la carte photo ci-dessus. L’ainée, Jeanne, (à droite ?) continuera l’affaire de son père avec son mari. Ses frères et sœurs n’auront pas cette chance. En 1906, leur fils de 15 ans, Charles (à vélo?), meurt. Leur fille Eugénie (la petite fille au centre?) décèdera aussi à l’âge de 20 ans en 1913.

La crue de 1910

La Villa Flora se retrouve sous les eaux lors de la crue de 1910, comme une bonne moitié de Billancourt, ce qui lui vaut la visite des photographes.

Est-ce pour cela que Pierre Orève ne réside pas à la Villa ?  On sait qu’il est domicilié en 1912 à Paris, rue Decamps comme en atteste la matrice du cadastre. On le retrouve auparavant rue de la Tour en 1904 et rue Saint-Didier en 1884. Pierre Orève est clairement un parisien et Billancourt semble être son lieu de production

Alors qui habite dans cette grande maison ?

Entre 1891 et 1936, les recensements de population au 16 rue de Saint-Cloud nous donnent des noms très différents : Monsieur et madame Dezanneau, rentiers, en 1891, puis quatre familles en 1901, six en 1911. Il semble que la villa Flora soit louée par appartements à des ingénieurs, chefs de bureau ou rentiers, et peut-être des employés de Pierre Orève, puisqu’on compte aussi quelques jardiniers.

Pierre Orève se réservait probablement un domicile plus proche de sa clientèle parisienne.

La magnifique boutique de la rue de la Pompe

Pierre Orève n’est pas qu’horticulteur, il est également fleuriste. En 1911, l’architecte Léon Lecourtois (1860-1923) lui construit un magasin à Paris, au 25 de la rue de la Pompe. Le bâtiment existe toujours et est inscrit aux monuments historiques depuis 1984 (PA00086689). Inspiré par le style style art nouveau, le magasin présente une devanture en trois arcades de briques vernissées et de mosaïques représentant des guirlandes de feuilles de chêne et de châtaignier. Le décor est signé par Maurice Marty.

On y trouve également des serres dans la cour et un beau jardin d’hiver à l’étage. Il est surmonté d’un immeuble de rapport de cinq étages en retrait de la rue et, curieusement, pas dans l’alignement. C’est là que Pierre Orève réside en 1913 avec sa famille

Son magasin est splendide! Nous avons retrouvé des photos de l’intérieur à l’époque. On y trouve de somptueuses corbeilles et de grandes compositions. La hauteur de plafond permet même d’y présenter des arbres. Le soin apporté aux aménagements et à la décoration montre un service haut de gamme.

En 1923, Pierre Orève a 66 ans et associe son gendre Charles Gabert, mari de Jeanne à ses affaires. La maison Orève-Gabert & Cie est née. En 1928, son épouse Félicie meurt à 62 ans. Pierre Orève est désormais veuf.

Les publicités de 1931 que nous avons retrouvées sont en quatre langues. La Maison Orève-Gabert semble avoir une clientèle internationale.

La fin de la villa Flora

Mais revenons à Billancourt. En 1932, le quartier a bien changé. Il s’est fortement industrialisé et urbanisé. Même si la villa est un peu à l’écart, la proximité des usines est sûrement un problème pour l’horticulture. Pourtant les serres sont toujours là, comme on peut le constater, et la villa Flora aussi. La propriété est entourée désormais d’immeubles et d’ateliers.

Le 19 juillet 1938, Pierre Orève décède à son domicile de la rue de la Pompe. Il a 81 ans et une belle carrière derrière lui.  Ses héritiers décident de vendre les 4 000 m² de la propriété de Billancourt à, devinez qui ? A Louis Renault, bien sûr. L’acte de vente est signé en pleine occupation, le 28 juillet 1941. Que va devenir la villa ?

La guerre touche à sa fin et sur un plan du Ministère de la Reconstruction de 1944, on voit que le terrain est à moitié occupé par des bâtiments industriels. La villa est encore debout et occupe l’autre moitié

La maison disparait des photos aériennes de 1948. Sur la photo ci-dessous, elle a laissé la place à ce qui semble être un espace de stockage de voitures.

La propriété de Pierre Orève est aujourd’hui le site de l’agence Renault de vente au personnel. Les salariés peuvent y acquérir leur voiture à bon prix. Mais Renault n’est déjà plus propriétaire, le terrain a été vendu à la société d’aménagement Val de Seine en charge de la rénovation des anciens terrains Renault. Les choses devraient donc changer rapidement (quoique…).

Renault agence de vente au personnel 2022 Google
Renault. entrée de l’agence de vente au personnel 2022 – Google

Quant à la boutique parisienne de Pierre Orève, elle a été transformée en restaurant en 1987. Elle héberge aujourd’hui le restaurant Bon. Mais c’est toujours le nom de Pierre Orève qui figure sur la façade, et probablement pour longtemps.


Les villas disparues de Billancourt:

Villa 10 rue SolferinoVillas de la famille Renault
Villa AussillousMaison Bican
Villa BoitelleVilla Bottin
Villa CapriceVilla Casteja
Villa DamiensMaison de Tavernier
Maison du prince PolonaisVilla Flora
Villa FountaineVilla Mauresque
Villa Marti – MorelVilla Nousillet-Clinch
Villa RozierVilla Toucy
Ferme de BillancourtPropriété de lady Hunlocke

Photo en tête d’article : Villa Flora avant 1906. collection Alexis Monnerot-Dumaine

9 Replies to “La Villa Flora du fleuriste Pierre Orève”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :