Les studios de Billancourt

Le cinéma a été au cœur de la vie de Boulogne-Billancourt. Il l’est encore aujourd’hui, avec les studios de Boulogne, proches de la place Rhin et Danube.

Mais connaissiez-vous les studios de Billancourt qui les ont précédé ? Hôtel du Nord de Marcel Carné, Napoléon d’Abel Gance ou La grande Illusion de Jean Renoir sont sortis de ces studios. Pour n’en citer que trois.

Hôtel du Nord, Napoléon et La Grande Illusion
Hôtel du Nord (1938), Napoléon (1927) et La Grande Illusion (1937).

Les studios de Billancourt étaient au 49, quai du Point-du-Jour, à l’emplacement actuel des immeubles Canal +, à côté du cimetière de Billancourt. Créés en 1922 par le réalisateur Henri Diamant-Berger, ces studios ont succédé à une ancienne usine de carlingues d’avion. Doté d’un restaurant, d’une centrale électrique puissante de 1300 Kw pour alimenter des projecteurs à arc, ils étaient le summum de la modernité.

En 1933, un incendie est l’occasion de l’agrandir avec une salle de 15 mètres sous plafond, équipée de passerelles modulaires qui démultiplient les possibilités techniques. Le studio devient le plus avancé d’Europe.

La photo en tête d’article représente, en 1938, une scène du film Hôtel du Nord, resté célèbre grâce à Arletty répondant à Louis Jouvet « Atmosphère, atmosphère, est-ce que j’ai une gueule d’atmosphère ?« . Croyez-vous qu’elle a été tournée le long du canal Saint-Martin ? Non, c’est à Billancourt, tout le décor est fictif. Ou presque tout. Une preuve ? Voyez-vous les deux immeubles signalés d’une flèche à l’arrière plan ? Ces immeubles existent encore aujourd’hui, au carrefour de l’avenue Pierre Grenier et du boulevard de la République. Plutôt que les masquer, Carné les a intégrés dans son décor. Etonnant, non ?

Les deux immeubles de Billancourt
Les deux immeubles de Billancourt. Source : Google Earth.
Studios de Billancourt (Paris Studios Cinéma)_1936
Studios de Billancourt (Paris Studios Cinéma) en 1936 entre le pont d’Issy et le cimetière. Source : IGN.

Durant la guerre, Christian-Jacques et Henri-Georges Clouzot y tournent leurs chefs d’œuvre. Après la guerre, c’est vers les studios de Boulogne, créés en 1941 rue de Silly, que vont se tourner les plus grandes productions.

A la fin des années 50 les studios de Billancourt comptent tout de même 6 plateaux de tournage, 1 auditorium d’enregistrement et de mixage, 5 salles de montage, 1 salle de projection. Truffaut y tournera Baisers Volés et Claude Chabrol Landru. James Bond y pourchassera les méchants dans la base spatiale de Moonraker, en 1979.

Mais on tourne de plus en plus en lumière naturelle et le recours aux studios diminue. Les studios de Billancourt se spécialisent dans la post-production. En 1985 on ne trouve plus que 2 plateaux de tournage contre 6 auditoriums, et 50 salles de montage ! Ils s’ouvrent à la télévision et voient le tournage d’émissions populaires comme Maguy, La Chasse au trésor ou Le Jeu de la Vérité.

Fermés en 1992, ils sont ravagés en 1994 par un incendie. Canal+ y a bâti ces étranges immeubles sur pilotis, œuvre de Christian de Portzamparc. On reste dans le cinéma.

Bureaux Canal+ quai du Point du Jour
Bureaux Canal+ sur le quai du Point du Jour.

One Reply to “Les studios de Billancourt”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s