Les octrois à Billancourt

Quand on parle d’octroi, on imagine une institution d’un autre âge et on s’étonne d’en voir sur les cartes postales du début du siècle dernier. Mais, d’abord, qu’est-ce qu’un octroi ?

L’octroi est une taxe, un droit de passage pour certaines marchandises au profit de la municipalité dans laquelle vous entrez. L’octroi est aux marchandises ce que le péage est aux véhicules ou aux personnes. Chaque ville en France prélève cette taxe.

Pour la percevoir, on construit des petits bureaux postés à l’entrée des villes qu’on appelle « barrière d’octroi » ou « octroi » tout court. Il y en a 9 sur tout Boulogne-Billancourt en 1905. La perception de cette taxe occupe alors 21 personnes sous l’autorité d’un préposé en chef.

Les produits de première nécessité comme le blé ou la farine en sont exemptés. Pour faire entrer votre marchandise à Billancourt il vous en coûte, par exemple :

  • 33 francs le quintal de viande de bœuf
  • 15 francs l’hectolitre de vinaigre
  • 1 franc 50 pour un poulet ou un canard
  • 15 francs l’hectolitre de boisson gazeuse non alcoolisée
  • 55 francs pour un cerf, une biche ou un sanglier (!)

(Et si vous n’avez pas de quoi payer, vous pouvez toujours manger la marchandise).

Nous vous présentons dans cet article les 4 bureaux d’octroi basés sur le territoire de Billancourt au début du siècle dernier.

L’octroi du pont de Billancourt, au bord de l’eau, est certainement le plus pittoresque (voir aussi la photo principale) :

On trouvait un deuxième octroi au Pont de Sèvres, à l’entrée de l’actuelle avenue du Général Leclerc :

Le troisième bureau était situé porte de Billancourt, sur les quais, à la sortie de Paris, au niveau de l’enceinte de Thiers (le périphérique):

Octroi de la porte du Point du Jour
Octroi de la porte de Billancourt. Source : Archives de Paris
Porte de Billancourt employés de l'octroi
Les employés de l’octroi de la porte de Billancourt

Le quatrième octroi était placé à la porte du Point du Jour, entre la porte de Billancourt et celle de Saint-Cloud.

Porte de Billancourt employés de l'octroi
Porte du Point du Jour

C’est le 2 juillet 1943 que Pierre Laval, le chef du gouvernement du régime de Vichy, met un terme à l’octroi. La pénurie et le marché noir ont eu raison de cet impôt impopulaire que la Restauration avait pourtant promis d’abolir en 1815, la IIeme République en 1848, Napoléon III en 1869, le conseil municipal de Paris en 1897. Il fallut donc la pression ennemie pour y parvenir !

Et si on supprimait aussi les péages de nos autoroutes ?

Pour en découvrir davantage, nous vous invitons à vous reporter à ce numéro spécial de « mémoire vive«  édité par le service des archives de Boulogne-Billancourt.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s