Le Moulin Rose de Billancourt

Nous sommes en 1900, c’est l’été, il fait beau et vous vous sentez d’humeur flâneuse. Vous partez du pont de Billancourt et remontez le fleuve, le long du quai du Point-du-Jour, récemment aménagé. Vous trouvez là « le café restaurant des Sports », situé sur la place, puis la guinguette de « La Belle-Meunière » à côté d’un garage puis encore « les 2 entêtés ». Et là, au numéro 69, après une minuscule sente, vous tombez en arrêt devant l’étonnante guinguette du « Moulin Rose de Billancourt ».

Du Pont de Billancourt au Moulin Rose 1905
Du Pont de Billancourt au Moulin Rose, en 1905

L’inspiration est évidente, avec son moulin sur le toit, on pense tout de suite au Moulin Rouge de Paris, fondé plus tôt, en 1889.

On peut dire que le propriétaire, monsieur Pelloux, avait le sens de la publicité ! Et comme si ça n’était pas suffisant, il ajoute des drapeaux, des ornements et des panonceaux un peu partout. Outre le détail des cafés, vins, cidres, liqueurs et autres comestibles proposés, le Moulin Rose vous accueille aussi avec un jardin, des jeux et des balançoires, mais aussi un grand salon et des bosquets. Bref, tout est bon pour annoncer la couleur.

Un peu « too much » ? Pas pour monsieur Pelloux !

Moulin Rose
Une vue vers l’aval. Le pont de Billancourt est juste au niveau des arbres de gauche.

On y vient pour passer un bon moment le dimanche. On peut y déguster une assiette de moules-frites entre amis sous les tonnelles ou en terrasse, les yeux perdus sur la Seine qui s’écoule aux pieds. Quelques recherches nous ont appris que c’était aussi le rendez-vous de l’Union Vélocipédique Grenelleoise qui y célébrait régulièrement ses succès.

Les employés de l’Emaillerie Parisienne, juste à côté, s’y retrouvaient aussi sûrement.

Quai du Point-du-Jour le Moulin Rose
A droite, l’Emaillerie Parisienne.

Franchement, qui ne s’y serait pas arrêté un moment ? Nous si.

Avec un restaurant aussi pittoresque, on ne s’étonnera pas de le trouver sur un nombre important de cartes postales de l’époque. Et il semble que le propriétaire s’amusait beaucoup du passage des photographes, et posait au sommet de son établissement, comme on peut le voir ci-dessous.

Nos recherches ont montré que les premières traces de ce restaurant datent de 1896, sous le nom « Maison Pelart ». Il s’est appelé « Moulin Rose » au moins jusqu’en 1905 mais très probablement au delà. Difficile d’être affirmatif car il ne faisait guère parler de lui dans la presse. Il était sans conteste la plus surprenante guinguette en aval de Paris.

Le bâtiment a survécu aux deux guerres mondiales. Il est encore visible sur les vues aériennes de 1950, toujours avec son moulin sur le toit. Il disparait des photos de 1962, remplacé par des ateliers.

Aujourd’hui, on trouve au 69 du quai du Point-du-Jour, un immeuble moderne joliment arrondi avec, à ses pieds, des plantations d’arbres et de végétation basse. Et sûrement une belle vue sur l’Île Saint-Germain.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :