Quand Billancourt faillit devenir indépendant

Jusqu’à 1859, notre village de Billancourt fait administrativement partie de la commune d’Auteuil. En 1840, Adolphe Thiers décide la construction d’une nouvelle enceinte autour de Paris sur le tracé du périphérique actuel. Pensée pour protéger les zones urbanisées, cette fortification coupe en deux la commune d’Auteuil, au niveau de la porte de Saint-Cloud.

20 ans plus tard, en juin 1859, Paris, jusqu’alors ceinturé par le mur des Fermiers Généraux (la zone rose sur la carte), décide de s’agrandir aux limites de l’enceinte de Thiers. Paris annexe ainsi les 11 communes qu’elle englobe, dont la commune d’Auteuil, qui disparaît administrativement. On coupe le « bout qui dépasse » : notre village de Billancourt, avec ses 1800 habitants, est donc orphelin. Que va-t-on en faire ?

On confie finalement Billancourt à Boulogne-sur-Seine, sa voisine, en compensation de la perte du quartier du Fond des Princes : cette zone qui contient aujourd’hui Rolland-Garros et les serres d’Auteuil, devient alors propriété de la Ville de Paris.

En février 1859. les habitants de Billancourt signent une pétition refusant leur rattachement à la commune de Boulogne, considérant que leur « intérêts seraient sacrifiés » (l’avenir leur donnera raison), et réclamant la création d’une commune séparée :

« Nous soussignés habitants et propriétaires de la portion de territoire de la commune d’Auteuil, lieu dit Billancourt, conformément à l’article 2 du décret du 2 février 1859, faisons les observations suivantes:

La portion retranchée de la commune d’Auteuil, lieu dit Billancourt, bornée au nord par la commune de Boulogne, au sud par la Seine, à l’est par les fortifications, à l’ouest par le pont de Sèvres, occupe une surface de 250 hectares environ.

Elle se couvre, chaque jour de nouvelles constructions. Elle est percée et se perce chaque jour de nouvelles et belles voies en cours d’exécution. Elle est dotée d’un plan d’ensemble, d’une église et d’une école. Ses rapports journaliers sont et ont toujours été avec Paris et Sèvres, et non avec Boulogne. La loi d’attraction est avec Paris, via la route impériale n°10 (av Leclerc et Vaillant) et le Point-du-Jour. Les rapports journaliers de Boulogne sont avec le Pont de Saint-Cloud et sa loi d’attraction avec Paris se fait sentir par un point d’Auteuil autre que celui de Billancourt.

Il y a donc contrariété d’intérêts :

1) À réunir Billancourt à Boulogne. Les intérêts des habitants de Billancourt, dans le cas de réunion, seraient sacrifiés.

2) À ne pas constituer Billancourt en une commune distincte, cette portion retranchée d’Auteuil formant un groupe de population et un centre d’agglomération.

Fait à Billancourt les 23 et 24 février 1859″.

Ils ne seront pas entendus.

On aurait pu devenir « Billancourtois »!

One Reply to “Quand Billancourt faillit devenir indépendant”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s