La première école de Billancourt

En souvenir de Mlle Elisabeth-Augustine Destrée, décédée en 1854 à Billancourt, Adrien Delahante, banquier co-fondateur de ce qui deviendra Paribas, donna aux Soeurs Augustines hospitalières de Ste-Marie un terrain au 50 rue Nationale pour y fonder, en 1854, une école catholique gratuite. En mémoire de la défunte, l’école prit le nom d’ « école Sainte-Elisabeth ». L’histoire ne dit pas s’il y avait une histoire d’amour derrière cette donation.

Penel-Beaufin nous donne beaucoup de détails sur l’école. Par contrat, l’école devait permettre l’instruction de 40 jeunes filles. Elle comprenait, de plus, un externat et un asile (garderie). La commune de Boulogne avait droit à 22 places et Auteuil à 18.

Elle reçut 20 autres jeunes filles en 1863, 20 autres en 1864 et ne cessa de s’agrandir. Le curé Joseph Gentil, obtint, année après année, des subventions de plus en plus importantes du conseil municipal, notamment en faveur des enfants pauvres. Avant la guerre franco-prussienne, l’école s’était donné pour objectif d’atteindre les 300 élèves vers 1872.

Au moment de la déclaration de guerre de 1870, il y avait 160 élèves, de 6 à 13 ans. Durant les bombardements de 1871, l’abbé Gentil cacha dans ses vastes caves les pauvres petites filles de son orphelinat.

Au début du XXème siècle, l’école prit le nom de « Cours Sévigné » et c’est sous ce nom qu’on la voit aujourd’hui sur les cartes postales.

Sa localisation m’a posé problème, car Penel-Beaufin et les photographies évoquent l’adresse du 50 rue Nationale. Or cette adresse est celle de l’ancienne église, qui donne sur la place. Ce n’est qu’en reconnaissant le clocher de l’église sur la photo ci-dessous que je réalise que l’école était située juste à côté, aujourd’hui le 40 rue Nationale.

Cours Sévigné et clocher de l'église
Cours Sévigné et clocher de l’église

Les photos aériennes, notamment celle ci-dessous, ont ensuite confirmé la localisation.

Et, s’il fallait encore une confirmation, Penel-Beaufin nous raconte qu’en 1867, l’école récupéra la petite sacristie de l’église pour en faire sa chapelle.

Le Cours Sévigné a été détruit par les bombardements alliés de 1942 et 1943, en même temps que l’église. Les deux terrains seront rachetés par la régie Renault qui y installera, dès les années 60, sa direction des Ressources Humaines. Un siècle après sa fondation, la première école de Billancourt a définitivement disparu.

Suite au départ de Renault, des promoteurs y ont bâti cet immeuble d’habitation qu’on peut voir aujourd’hui.

Place Bir-Hakeim Eglise et Cours Sévigné en 2020
Place Bir-Hakeim en 2020, emplacements de l’église et du Cours Sévigné

One Reply to “La première école de Billancourt”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s